#67

Certaines personnes semblent être tellement persuadées de la supériorité de leur goût ou/et de leur intelligence qu’elles semblent considérer que leur entourage non immédiat bénéficiera lui aussi de leur conversation ou de la musique qu’ils écoutent.

Ils parlent donc sensiblement plus fort que nécessaire à leur interlocuteur ou ils mettent un peu trop fort le volume dans leur voiture, leur salon ou leurs écouteurs quitte à gêner leur interlocuteur ou se gêner eux-mêmes.

C’est un très de caractère que je comprends d’autant mieux que je l’ai en partie. Faut il lutter contre notre égocentrisme naturel ou tenter s’en prendre conscience ? Y à t il une alternative ? À quoi ressemble un humain non égocentrique ? Tout cela me semble assez dangereux pour la santé mentale.