Prunes salées

Ayant pillé les réserves de ma belle mère en 2020-2021, je me suis décidé à devenir autonome en umeboshi. Ça fait partie des choses, comme la confiture de fraises, qu’il vaut mieux faire soit même si on ne veut pas être déçu.

J’ai commencé avec 4kg de prunes, on verra l’année prochaine si on a besoin de plus ou si on arrête les frais.

Pour le moment on a pas fait grand chose, trempage une nuit, séchage, suppression du reste de tige remplacé par du sel, puis mise dans un seau sous un poids avec 18% de la masse des fruits en sel soit 720 de sel. Ça fait pas mal.

Une saumure est en train de se former, je ferais des photos quand ça aura un bon aspect.

3 comments

  1. De quelles variétés de prunes européennes cer japonaises sont-elles proches?
    Sont-elles cueillies mures ou encore un peu verte pour commencer la préparation?
    De mon côté je préfère la tarte fine ou la confiture de reines-claude (quel joli non pour François Ier).
    Dorée elle est encore meilleure.
    Sachant que la reine-claude verte est originaire d’Asie il serait sans doute possible d’en faire en Europe.
    Après encore faut-il en apprécier le goût.
    Tant que nous parlons (écrivons plutôt) cuisine: y-a-t-il beaucoup de fumaisons au Japon?
    Je ne me souviens pas y avoir vue des magrets fumés ou autres. Et pourtant l’umami qui s’en dégage est tellement agréable au palais.

    1. C’est une variété locale immangeable autrement. On trouve des prunes et des abricots également. On trouve des fromages fumés, sans doute aussi des poissons.

    2. J’ai pas relevé sur le moment mais le terme umami est d’utilisation courante? C’est un concept que je ne comprends pas encore tout à fait. Une composante du goût assez subtile.

Leave a Reply to Docflo Cancel reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.