Patriache

J’ai plus ou moins entame une discussion sur un theme assez complique a aborder et devant le manque de temps pour developper j’ai prefere abreger autant que possible. Je ne savais pas exactement quoi dire sur le sujet, c’est d’ailleurs toujours le cas.

Le sujet en question etait la question du polyamour et de savoir si tolerer que son partenaire puisse avoir des relations de tout type (en fonction de son genre du moment) etait un moyen de sauver le couple et la famille par la meme occasion. Je crois que c’est ainsi qu’on peut resumer la question.

La question est loin d’etre nouvelle, les couples n’ont pas attendu le XXI eme siecle pour fermer les yeux sur les escapades extra conjugales. Mais j’ai l’impression qu’une nouvelle donnee s’est greffee et a complique la question du consentement au sein du couple. Je me trompe peut etre n’ayant pas du tout fait le debut du commencement d’une etude sociologique sur le sujet, il s’agit plutot d’une intuition etaille par le discours neo feministe hysterique (je dis ca sans connotation negative).

Il me semble qu’il existe un desequilibre sexuel au sein des couples plus ou moins marque (chaque relation, chaque couple est unique bien entendu), et que ce desequilibre va en se creusant avec le temps risquant de detruire les couples meme les plus solides. On part d’un accord sexuel total avec grande receptivite puis ,avec le temps, les pulsions litteralement physiologiques des hommes, a savoir se vider la prostate, necessitent une bonne volonte croissante de leur partenaire qui doit preter une assistance plus ou moins active et surtout plus ou moins desiree au processus. Le mouvement actuel il me semble a tendance a faire baisser cette bonne volonte qui est assimile a une soumission a un ordre patriachal (d’ou le titre du post). Si on commence a voir les choses sous cet angle les choses peuvent rapidement devenir insupportable, intolerable.

A mon humble avis ce probleme est loin d’etre simple a resoudre, j’aurais tendance a penser qu’il est salutaire de canaliser nos pulsions dans une certaine mesure, il y a un age pour tout une fois certaines missions accomplis (procreation par exemple) on peut commencer a envisager que certains compromis peuvent etre fait. Pour les femmes le fait de se transformer en objet sexuel plus ou moins actif peut etre pris avec un certains recul, le troc historique argent/protection contre disponibilite n’est sans doute pas dans l’air du temps et il est peut etre temps de redefinir et de comprendre les attentes et les besoins de chacun. Le couple monogame (plus ou moins stricte) repose sur cette transaction, la femme accepte d’etre eventuellement plus disponible que le coeur ne lui en dit et l’homme accepte de ne pas soulever tous les jupons qu’il pourrait soulever et eventuellement regler lui meme une partie de ses problemes de pression.

Accepter une union libre generalisee et presque admise des le depart (donc encouragee) me semble une mauvaise solution et surtout une strategie neo feministe pour achever de dynamiter le couple monogame et donc la famille qui vu son etat aurait plutot besoin d’etre protegee. Je parlerais plutot de bonne volonte que de domination patriachale. J7ai l’impression d’avoir a peu pret dit ce que je pensais sans derapage majeur (sauf au niveau de l’orthographe et le ponctuation).

Fluidité

J’aimerais moi aussi être victime d’une annulation sur les réseaux sociaux mais n’y existant pas cela risque d’être difficile.

J’ai entendu mi décembre un Répliques assez bizarre ou une woke hystérique expliquait sa vision du monde où les femmes cessent d’être des objets sexuelles à la disposition des hommes et s’épanouissent dans la fluidité de genre (j’imagine que c’est un terme recouvrant la bisexualité).

Durant ce débat assez stérile où les hommes en présence (pourtant plein de ressources) n’arrivaient pas à rentrer dans la discussion, le thème de la famille n’a pas été abordé. Le concept de famille est sans doute dépassé, seuls les couples homosexuels semblant aspirer encore au mariage et à la procréation, la famille traditionnelle est peut être déjà mourante et il n’y a pas lieu de se porter à son secours de peur d’être taxé de réactionnaire fascisant.

Je suis en faveur d’un partage des tâches ménagères, de l’éducation des enfants, du congé parental pour les hommes afin de repartir équitablement le malus professionnel, tout ce qu’on voudra pour réduire les inégalités. Mais tant qu’on aura pas de machines pour porter les enfants, perspective peu réjouissante d’ailleurs, les femmes seront toujours assignées biologiquement à un rôle de mère, je ne pense pas qu’elles y perdent d’ailleurs. Il me semble aussi préférable de conserver autant que possible une certaine monogamie qui implique une relation de confiance autant que possible, garantie par une certaine fidélité. Tout cela pour permettre aux enfants de grandir dans un cadre stable et légèrement normatif leur donnant une idée de la direction où aller.

L’épidémie de changement de sexe actuelle, traduit sans doute le malaise dans lequel le monde non genré et sans normes a plongé les enfants. Après je ne suis pas forcément contre un changement complet de norme mais quoiqu’il arrive il faut définir des normes, un cadre, et l’expliciter, se contenter de déconstruire les normes actuelles en espérant que quelque chose de mieux apparaisse est inconséquent et c’est pourtant ce qui est en train de se passer. Que des enfants acceptent la mutilation du changement de sexe et de se retrouver handicapé volontaire, stérile, incapable d’avoir une vie sexuelle normale pour le restant de leurs jours traduit sans équivoque l’état de désarroi dans lequel ils sont plongés.

Hibara Lake

La station de ski où nous sommes allé étant fermée nous nous sommes rabattu sur une station mitoyenne, accessible en général à pied depuis le sommet des pistes mais dont le bas des pistes se trouve à une heure de voiture. La question de Nekoma, le chat diable, pas trop mal. La neige était abondante et de très bonne qualité. Une vrai poudreuse japonaise avec laquelle il est impossible de faire des boules. Alors que la station on nous allons est en général de moins bonne qualité. Un problème d’exposition j’imagine.

Le lac en question est un lac de barrage naturel formé par une explosion volcanique qui a noyé le village éponyme.