Aubergines marinées à la japonaise

L’aubergine est un des rares légumes communs à être à la fois facile à trouver et de qualité sensiblement meilleur au Japon qu’en France. Les aubergines sont cueillies jeunes, il n’y a en général pas de graines et on mange la peau. Cette recette peut être réalisée avec des aubergines de taille normale.

Le seul ingrédient potentiellement difficile à trouver en France est le negi, oignon à l’apparence de poireau. Je doute qu’il puisse être remplacé simplement par un poireau, le résultat serait sans doute assez désastreux. Mais il est optionnel dans cette recette, pas de soucis.

Ingrédient

  • aubergines
  • huile de sesame
  • sauce de soja
  • vinaigre (si possible de riz, sinon un vinaigre blanc sans parfum)
  • ail
  • gingembre frais
  • negi (si disponible, optionnel)

Le mélange ail/gingembre est le secret du goût si asiatique de cette recette, la combinaison donne un goût très différent des deux ingrédient pris séparément, par contre l’impact sur l’haleine est identique. Puer l’ail ne semble pas vraiment un problème dans ces contrées, mais il vaut mieux éviter de manger ça au petit dej.

Recette

Marinade: mélange sauce de soja (1/3) et vinaigre (2/3), la proportion est importante et il vaut mieux mesurer précisément – c’est le mélange standard pour accompagner les gyozas par exemples, le sujoyu comme on dit – on ajoute du gingembre frais râpé et de l’ail pressé, pour cinq petites aubergines je mets 40ml de sauce de soja et 80ml de vinaigre, une gousse d’ail et à peu prêt autant de gingembre. Si vous avez un negi, 15cm de blanc coupé fin (sengiri) mais ça va aussi sans.

Faites revenir les aubergines coupées en tronçon de 1cm de large en gros dans de l’huile de sésame. C’est assez crucial de prendre de l’huile de sésame le goût vient aussi de là. Une fois les aubergines joliment grillées immergées les dans la marinade. Une heure d’attente au frais et c’est prêt. On peut éventuellement les manger le lendemain mais le goût fini par être trop fort.

J’ai oublié du prendre une photo du plat avant de le manger désolé.

Dark side

Il y un assez gros bloc pas loin de la maison où soudainement les maisons sont pourries, des terrains abandonnés, des maisons fantômes. Il y sûrement une explication mais ce quartier semble maudit. J’ai fait une ou deux photos mais mon fils était pas à l’aise du coup on a foutu le camp.

À deux rues il y a des baraques neuves avec des BM rutilantes garées devant.

Last shot – Yumoto

Au début de la route qui monte à Gora se trouve une petite bourgade Yumoto assez picturale, il y a notamment d’assez bon magasin de souvenirs à manger.

Vues du Fuji

Depuis Hakone. C’est comme toujours beaucoup plus impressionnant en vrai.

Eaux

Je manque d’inspiration. On a visité un musée de Gora assez réputé avec une grosse collection d’art contemporain dont une grande part est une supercherie évidente. Il y a également une grosse collection de Picasso, je ne sais pas dans quelle mesure il s’agit également d’une supercherie, Picasso avait visiblement du talent et certains trucs (toile, gravure, céramique) sont vraiment chouettes mais il y a des trucs qui ont du lui prendre 5 minutes et qui ressemble plus à une plaisanterie. Je ne comprends pas grand chose à l’art. Sinon on est allé faire un parcours d’accrobranche, je crois qu’on dit comme ça. À certains moment de grosse galère je me demandais quelle idée nous avait pris de payer pour subir une telle torture. Les enfants se sont bien amusés ce qui était fondamentalement le but de l’opération.