Matsuri d’automne

Pour la première fois depuis 2019 le grand matsuri du quartier, le dernier de l’année avant le nouvel an a eu lieu. J’ai déjà dû en parler plusieurs fois dans ce blog mais il s’agit d’un rassemblement dans l’espace d’un sanctuaire (shintô) où des forains plus ou moins mafieux tiennent des stands de nourriture, boisson ainsi que des stands de jeu. Des jeux très rustiques qui n’ont pas évolué depuis l’enfance de ma femme au moins. La mixité sociale est assez impressionnante, il y a un spectacle de nô pour les intellectuels, dans les travées latérales c’est plus ou moins la beuverie, des groupes plus ou moins mixtes de jeunes adultes se retrouvent à cette occasion. Je ne rentrerais pas dans le détail au risque de passer pour un vieux libidineux. Des petits enfants en yukata avec leurs parents. Tout le monde est représenté. C’est un des événements qui permet de saisir la totalité de la société japonaise et son homogénéité.

Il faisait nuit et je n’a pris des photos que de très médiocre qualité. J’éprouve aussi un sentiment de gêne à prendre des photos dans ce genre d’occasion. Je perçois un accord tacite des arbres ou des bâtiments à être pris en photos, moins de la part des populations indigènes.

Croisement

La photo est d’un intérêt limité à part le corbeau et encore il faut le voir du coup ça me force à écrire un texte également dépourvu d’intérêt. J’ai fait l’erreur capitale cette semaine de tenter de m’informer, je me suis mis à mal dormir la nuit et à éprouver un besoin compulsif de lire des informations plus ou moins réjouissantes qui indiqueraient une évolution favorable de la situation et c’est bien difficile.

Le mal ne doit pas être encore bien profond et le sevrage encore possible, jouer au piano, apprendre le japonais et surtout pas d’informations. Mon niveau d’indignation ne fera de toute façon pas avancer les choses dans un sens ou dans un autre.

La même photo mais avec un camion, un Shinkansen et pas de corbeau.

Raccoon

Ça faisait plusieurs fois déjà qu’on chat bizarre me semblait traverser le jardin. La forme et les couleurs paraissaient suspectes mais je n’avais jamais réussi à bien le voir.

Hier mon fils a vu un Tanuki en sortant de la maison. Sorte de blaireau local. En fait il s’agissait d’un raton laveur. Il y en a pas mal apparemment, disons qu’il y en a un peu, c’est pas non plus l’animal le plus fréquent.

J’habite dans un arrondissement relativement excentré mais néanmoins un des 23 arrondissements spéciaux. On est pas à proprement parler à la campagne. Quoique

Expression

Je cherchais des mots contenant le characters du puit le premier des deux, troublé par sa présence dans le mot plafond (天井: le puit du ciel en quelque sorte).

L’image est un mot peu ou pas utilisé, Seiya, signifiant la grenouille du puit. L’expression usuelle (utilisée elle), 井の中の蛙 : « i no naka no Kawazu », toujours la grenouille du puit, signifie que quelqu’un est incapable d’avoir une vision d’ensemble, qu’il ne voit que par le petit bout de la lorgnette, comme on dit.

Il ne me semble pas nécessaire d’aller beaucoup plus loin que ce sujet fort intéressant.

Sampo

Pour faire plaisir à ma montre à l’origine et de plus en plus par goût je fais des balades nocturnes dans mon quartier, c’est assez tranquille, il m’arrive de ne croiser personne pendant mon quart d’heure de promenade.

J’essaie de suivre un parcours nature en longeant le plus possible de parc ou de maison dont le jardin est foisonnant. Il y aussi pas mal de chemin non carrossable qui passe entre les maisons, pour les lecteurs de Murakami c’est un des lieux important de Chronique de l’oiseau à ressort, et il y en a plein, souvent assez mystérieux.

Il y a encore à quelques minutes de chez moi des exploitation agricole et des maisons en pleine nature.

Je rêve d’acheter toutes les maisons autour de chez moi et de pouvoir vivre sur un grand terrain arboré mais à moins d’un miracle ça va pas être possible.

Roue

J’ai déjà mis une photo de ce vélo, je pense devant presque tous les jours et il n’en fini pas de disparaître. Le plus surprenant c’est que cette maison est habitée ou en tout cas pas complètement abandonnée.

Je dois chercher une nouvelle source d’inspiration ou alors laisser ce blog au repos un moment.

Sinon un immeuble fraîchement démoli quelque part au sud de Shiodome. Spectacle toujours fascinant.

Pêche géante

Mon marchant de fruits et légumes m’a vendu à un prix assez exorbitant si on compare avec la France par exemple une pêche d’une taille surprenante. Et d’un poids presque stupéfiant (j’ose le mot).

Cette tomate est d’une taille tout à fait normal et la canette de bière a côté également. Les 4 objets sont alignés.

Je reconnais que l’intérêt de ce post laisse à désirer mais je suis plus en voyage, je sors pas trop de mon bled sauf pour aller au bureau et j’ai pas de sujet d’inspiration clair. La pluie et le beau temps c’est trop connoté et l’actualité j’ai peur de pas être complètement casher, du coup les pêches ça me semble pas mal.

J’attends qu’il fasse un peu moins chaud pour recommencer à faire fermenter du chou chinois, je compte bien manger ça tout l’hiver.