Lulu

Nous avons passé quelques jours de vacances à Hawaii à Honolulu plus précisément. Une grande ville assez moche situee dans un endroit qui a du être il y a encore peu de temps magnifique. C’est devenu un amoncellement de tours de béton construit dans les années 70-80 et sans recherche d’une quelconque harmonie. Nous avons pu faire une visite des fonds marins au large de Waikiki beach et constater que plus un seul corail n’a survécu à la pollution des eaux provoquées par cette urbanisation envahissante. La nature luxuriante et les arbres magnifiques qui bordent les routes et qui remplissent les parcs donne un aspect finalement assez agréable à cette ville mais il est difficile de ne pas imaginer comme l’endroit devait être beau avant d’être transforme en ville américaine moche.

Les environs sont parcouru par de magnifiques autoroutes qui relient Honolulu a d’autres villes des environs et en sortant la situation s’améliore un peu mais Kailua l’autre ville que j’ai eu la chance de visiter est encore plus que Honolulu le paradis des automobilistes. Nous avons parcouru 3 km à pied pour aller du centre-ville ou notre bus nous avait intelligemment pose jusqu’ à la plage et nous n’avons pas croise le moindre piéton, nous avons été par contre double par un flot ininterrompu de grosses bagnoles, le seul être humain qui nous avons croisé était un clochard, une femme d’une cinquantaine d’année polynésienne qui dormait au milieu d’un campement improvise ressemblant plus à une décharge, un des seul membre du peuple qui vivait auparavant sur ces iles que j’ai eu la chance de croiser.

Sinon je n’ai croisé que des japonais (beaucoup mais de moins en moins), des chinois (de plus en plus) et bien sur des américains.

Je ne sais toujours pas ce que je pense des américains mais je ne peux m’empêcher de leur trouver un cote sympathique, une candeur, une certains franchise, un amour des enfants, par certains cote du respect (pour les piétons notamment). Malgré cette impression positive il me donne surtout l’impression d’être des caricatures chez qui tout est excessif, l’aspect physique, l’attitude, la manière de parler. Les vieilles sont toutes liftées a mort et ressemble à des cadavres vivant dont on peut voir le crane par transparence, les jeunes sportifs ressemblent tous a des body builder et cours nus ou presque au bord des routes, les adolescentes vierges ressemblent à des poupées barbies, les adolescentes plus vierges ressemblent à des actrices de X, les gens tatoues sont tatoues partout des pieds à la tête, les gros sont énormes, les gens rient trop fort, tout est excessif, pas la moindre trace de finesse nulle part.

2 thoughts on “Lulu”

  1. Excellente analyse qui me rappelle mon séjour de deux semaines en 1998. Derrière l’enfilade d’hôtels le long de la plage de Waikiki, il y a tout de même un quartier grouillant de petites échoppes, de petits restaurants et d’auberges pas chères mais il faut avoir l’esprit d’aventure pour s’y risquer, surtout la nuit … Je garde tout de même un bon souvenir de downtown Honolulu où nous avions trouvé un café italien, probablement le seul endroit où on pouvait boire un bon espresso !
    Sinon, la visite de Pearl Harbor ne présente aucun intérêt, même pour des Japonais …
    Par contre je n’ai pas nagé dans les rouleaux de la plage et je ne suis pas allé voir les coraux qui ont disparu depuis longtemps, même en 1998 il n’y en avait déjà plus.
    Quant à l’american way of life, ça me fait penser à Koror, les parkings, la circulation incessante de grosses voitures (pour les plus aisés) et de vieilles voitures japonaises avec conduite à droite, pas de piétons sinon des touristes perdus, l’empreinte des USA dans le plus petit pays du monde …

    1. Il faut se souvenir qu’une evolution a la Saipan est toujours possible, en quelques annees la nature reprend ses droits. Bientot le centre ville fantome de Saipan sera une foret…

Leave a Reply