Dickens

On m’a offert depuis longtemps plusieurs livres de Dickens. Plusieurs recueils de textes assez impressionnant. Impressionné je n’ai longtemps pas osé les ouvrir et sans raisons particulières j’ai commencé à lire ses derniers comptes de noël au début l’année est ça va faire bientôt six mois que je ne lis plus que ça.

Je ne saurais trop recommander la lecture de ses livres. C’est vraiment top. Mystérieux, sombre, un peu violent.

Amalgame

J’ai remarqué à travers plusieurs « conversations » très similaires avec des français à propos du confinement en place actuellement que le fait d’émettre une critique à l’endroit de cette méthode (en lui reprochant de faire sans doute plus de mal à la société que de bien a au l’individu) que quelque soit le reproche, même un reproche non spécifique à la France, qu’on bascule directement dans un genre de débat pour/contre Macron où il est impossible à quoique ce soit.

Comme il est impossible de défendre ce président avec des arguments rationnels on bascule directement dans un conflit creux. Pas de vision du monde, pas d’idéal, rien de susceptible d’animer une discussion ou un débat. Ce serait comme d’essayer de raisonner un pote amoureux d’une conne.

Mangoustan ?

Je suis pas fan de fruits mais il y en a deux trois intéressants. Une bonne mangue par exemple. Il y a deux fruits en particulier qui valent le détour et qui se ressemblent beaucoup. Un genre de litchi qui aurait un bon goût, le ramboutan, un truc qui vous dégoûte des litchis pour toujours.

Hier on a acheté un truc proche, le mangoustan. Encore meilleur. Si vous voyez ça n’hésitez pas.

Clean

Ça fait deux semaines qu’on est en confinement léger avec jardin et promenades en vélo et je pète déjà limite un plomb.

J’imagine pas mon état mental si j’étais en appart depuis cinq semaines. Je rêve de prendre un train.

Aujourd’hui je me fais couper les cheveux par ma belle-mère et ma fille. Expérience intéressante.

Promenade

N’ayant nul part où aller et ayant besoin de sortir un peu de la maison nous sommes parti masqués à vélo et à chaque intersection une personne différente indiquait la direction à prendre. On a pris des rues à quelques centaines de mètres de la maison que nous n’avions jamais prise auparavant. Je n’ai malheureusement pas eu la présence d’esprit de prendre des photos tout de suite.

Il y a vraiment des endroits bizarres à Tokyo. La ville prend assez rapidement une ambiance étrange. Un peu à la Murakami. C’est assez facile d’imaginer des scènes de ses bouquins quand on se promène à Tokyo (surtout dans l’Ouest la où nous habitions et là où il situe ses livres).

Genre le chemin qui passe derrière les maisons dans chroniques de l’oiseau à ressort (son meilleur livre à mon avis).

Cette semaine à la maison a été plutôt chiante. pas mal le premier jour, voir peut bosser de la maison. Mais le rythme est encore plus effréné, préparer à manger, gérer les enfants, faire les courses, et travailler quand on peut. Sans les enfants ça serait sans doute beaucoup plus simple.

Voilà les photos. J’aurais dû en prendre beaucoup plus.

Un visage dans un mur ?
Un taudis gardé par un chien.

État d’urgence ?

Apparemment Tokyo va (enfin) être soumis à l’état d’urgence demain (pas encore sûr). Cela semble le seul moyen d’interdire aux salarymans alcooliques de sortir le soir et d’avoir des contacts un peu rapprochés avec des gamines plus ou moins porteuses.

Je me demande dans quel état sera mon supermarché ce soir, c’est un bon baromètre de l’état de stress des gens. Après les capacités de stockage limitées des foyers japonais fausse un peu l’acuité de cette mesure.

Le Nikkei a pris 4%.

On dirait un genre de chronique économique Suisse.