Aubergines marinées à la japonaise

L’aubergine est un des rares légumes communs à être à la fois facile à trouver et de qualité sensiblement meilleur au Japon qu’en France. Les aubergines sont cueillies jeunes, il n’y a en général pas de graines et on mange la peau. Cette recette peut être réalisée avec des aubergines de taille normale.

Le seul ingrédient potentiellement difficile à trouver en France est le negi, oignon à l’apparence de poireau. Je doute qu’il puisse être remplacé simplement par un poireau, le résultat serait sans doute assez désastreux. Mais il est optionnel dans cette recette, pas de soucis.

Ingrédient

  • aubergines
  • huile de sesame
  • sauce de soja
  • vinaigre (si possible de riz, sinon un vinaigre blanc sans parfum)
  • ail
  • gingembre frais
  • negi (si disponible, optionnel)

Le mélange ail/gingembre est le secret du goût si asiatique de cette recette, la combinaison donne un goût très différent des deux ingrédient pris séparément, par contre l’impact sur l’haleine est identique. Puer l’ail ne semble pas vraiment un problème dans ces contrées, mais il vaut mieux éviter de manger ça au petit dej.

Recette

Marinade: mélange sauce de soja (1/3) et vinaigre (2/3), la proportion est importante et il vaut mieux mesurer précisément – c’est le mélange standard pour accompagner les gyozas par exemples, le sujoyu comme on dit – on ajoute du gingembre frais râpé et de l’ail pressé, pour cinq petites aubergines je mets 40ml de sauce de soja et 80ml de vinaigre, une gousse d’ail et à peu prêt autant de gingembre. Si vous avez un negi, 15cm de blanc coupé fin (sengiri) mais ça va aussi sans.

Faites revenir les aubergines coupées en tronçon de 1cm de large en gros dans de l’huile de sésame. C’est assez crucial de prendre de l’huile de sésame le goût vient aussi de là. Une fois les aubergines joliment grillées immergées les dans la marinade. Une heure d’attente au frais et c’est prêt. On peut éventuellement les manger le lendemain mais le goût fini par être trop fort.

J’ai oublié du prendre une photo du plat avant de le manger désolé.

Gaufres bonnes

Aujourd’hui comme on est bloque a la maison vu que les enfants sont malades et que la temperature exterieur frolle les 35 degres, et surtout parce qu’il me reste de la creme de marron j’ai fait des gaufres, je mettrais bien un deuxieme f a gaufres mais le pc a l’air de dire que non.

Voici donc la recette et meme le resultat en image.

Ingredients (pour une dizaine de gaufres)

  • 250 de farine
  • 110 ml de lait
  • 10 g de levure (ou un peu moins de levure seche suivant son etat)
  • 1 oeuf (peut etre deux si vous avez pas des oeufs mutants enormes)
  • 20 g de sucre
  • 110 g de beurre demi-sel
  • 70 g de sucre en cristaux

Recette

  1. Melanger la levure avec le lait, si c’est de la levure seche attendez un peu avant d’utiliser le melange que ca se soit melange.
  2. Melanger la farine avec l’oeuf et le melange lait/levure, il faut mieux faire un puit et y aller progressivement mais techniquement il y a assez de liquide pour la quantite de farine. Bien remuer histoire que la pate soit bien chouette et elastique.
  3. Ajouter le beurre ramoli a la pate et recommencer a melanger jusqu’a ce que le beurre soit incorpore.
  4. Laisser reposer une heure ou deux dans un endroit tiede avec un torchon (comme d’hab quand il y a de la levure).
  5. Ajouter le sucre en cristaux, remuer un peu et faire une dizaine de petite boule avec les mains, la pate est collante et grasse mais bon c’est plus pratique a la main, poser les boules sur une feuille de papier sulfurise et laisser reposer 10-15 minutes histoire que ca regonfle un peu.
  6. Chaque boule fait une gaufre, faites cuire comme des gaufres.

Finalement elles sont tellement sucrees qu’il y a pas moyen de mettre de la creme de marron dessus, je vais quand meme essayer pour voir.

Goya Champuru

Yop,

Aujourd’hui pour le diner j’ai fait un goya champuru, nos voisins nous avaient donne des goyas et du coup voila.

Je doute qu’on puisse trouver du goya en France, c’est un truc bizarre du sud du Japon assez amer, je sais pas trop de la famille de quoi c’est, ca pousse sur des lianes. Pour la recette il faut : de l’huile de sesame, du tofu (coton (momen)), du goya, du bacon, des oeufs et de la sauce de soja. Correction, le goya ou margose a la reunion est en realite consomme dans le monde entier et est bien une cucurbitacee. Le tofu il faut prendre du tofu a cuisiner, grossier, ici on dit coton “momen” par opposition a “kinu”, parce que le caille est passe dans un tissu de soie ou de coton et que ca change le grain du caille. Ce sont des appelations japonaises, il doit y avoir la meme chose dans les magasins chinois, en gros du tofu a cuire pas du tofu pour la soupe miso.

Pour commencer histoire de tuer un peu l’amertume du goya il faut le faire rendre de l’eau (et de l’amertume) en le coupant en tranche fine et en le salant. Suivant les gouts il faut faire ca plus ou moins longtemps avant.

En gros il faut faire revenir le tofu emiete (c’est plus joli que coupe en cube) dans l’huile de sesame, quand il commence a se colorer ajouter le bacon, laisser le tout bien revenir, le tofu prend des belles couleurs. Ensuite on ajoute le goya bien rince histoire que ca soit pas trop sale. On fait un peu cuire (suivant les gouts et suivant le temps qu’il a passe avec du sel). Et on termine avec les oeufs battus avec un peu de sauce de soja.

 

Quelques photos :

Published
Categorized as Recette

Imogayu (recette)

J’ai deja ecrit un article (passionant) sur le poridge de riz a la patate douce (imogayu) mais je n’avais pas vraiment de recette a l’epoque, j’en ai refait hier et le resultat etait plutot pas mal, je peux donc cette fois vous donner la recette avec des images en plus.

Ingredient (pour 3 personnes)

  • 1 patate douce
  • 1 dose de riz
  • 6 umeboshi

Faire cuire le riz, pour faire du okayu (poridge de riz) il faut d’apres mon rice cooker mettre 3,5 fois trop d’eau. 1 cup de riz suffit largement pour 3 personnes.

Eplucher la patate douce et la couper en morceau (bouchee) mettre dans l’eau froide, porter a ebullition, laisser bouillir 10m, rincer, remettre de l’eau froide, porter a ebullition, refaire bouille 10m, ca permet d’eliminer un truc de la patate j’imagine. Il ne faut pas faire cuire le patate dans le rice cooker avec le riz en tout cas.

Melanger la patate cuite avec le Okayu.

Servir dans des bols de riz, avec une prune salee (umeboshi) c’est top, sinon ca manque un peu de gout et il vaut mieux ajouter un peu de sel.

Published
Categorized as Recette

Sablés

Aujourd’hui histoire de préparer white day, le pendant de la St-Valentin, nous avons préparer des sablés en famille.
En gros j’ai fait la pâte, Ryoko et Mia ont découpé les formes et fait les trous pour les yeux et je les ai fait cuire.
Le résultat est plutôt réussi et vu le nombre qui Mia vient de s’enfiler ça doit pas être mauvais.

Recette condensée:
300g de farine
200g de beurre
100g de sucre
Mélanger bien à fond (genre 10-15m)
Frigo 1-2h (reposer en boule)
Étaler 0,5-1cm d’épaisseur
Congel 3m pour que ça soit bien dur pour faire les formes c’est plus facile.
Cuisson 150 degrés 15-20m

Published
Categorized as Recette

Chiffon Cake

Bon, pour changer un peu des delires sur la campagne presidentielle une petite recette facile a reussir. Le seul element potentiellement problematique est le moule, il doit s’agir d’un moule a cheminee centrale et les proportions devront etre adaptee a la taille du moule.

Ingredient (pour un petit moule)

  • 3 oeufs
  • 60 g de sucre
  • 40 ml d’huile vegetale (surtout pas de beurre)
  • 50 ml de lait
  • 60 g de farine

Preparation :

  • Separer les jaunes des blancs idaelement un peu avant d’attaquer la preparation histoire de monter les blancs en neige plus facilement (ca reste optionnel surtout si vous avez un batteur a oeuf…).
  • Melanger les 3 jaunes avec la moitie du sucre (30g) suffisament longtemps pour que le melange devienne bien cremeux et presque blanc.
  • Ajouter au melange le lait et melanger un poil.
  • Ajouter l’huile, melanger encore.
  • Ajouter la farine tamisee et melanger encore un bon cout histoire d’avoir une belle pate bien jolie.
  • Monter les blancs en neige (bien ferme) puis ajouter le sucre restant, continuer a battre jusqu’a avoir un truc bien homogene.
  • Melanger les deux preparations, pour commencer une cuiller de blanc histoire de rendre le melange plus liquide puis tout le reste, il faut alors melanger bien delicatement histoire de ne pas perdre toutes les bulles prisonnieres des blancs en neige, cela dit vu le sucre que vous avez mis dedans les bulles doivent etre assez solidaires des blancs (c’etait le but).
  • Verser le melange dans le moule, essayer de bien repartir et de ne pas faire de bulle a l’interieur, puis une fois que tout y est prener le moule dans les mains et taper le sur une table, le but etant de bien tasser le melange au fonds du moule (pas d’en foutre de partout autour), il faut taper avec une certaine conviction mais pas trop non plus, la surface doit devenir  lisse.

Faites chauffer votre four a 180 degres au moment de commencer a monter les blancs histoire de ne pas avoir a attendre pour enfourner. Et laissez cuire le gateau 35 minutes.

A la sortie il faut mettre le gateau a l’envers par exemple sur une tasse retournee histoire que le gateau ne se tasse pas. Ensuite vous pouvez le demouler (il faut bien passer partout autour avec un couteau) et voila.

Des photos sans grand interet d’autant plus qu’il manque la derniere  image.

Published
Categorized as Recette

Recettes d'ete

La semaine derniere nous avons prepare les prunes salees de l’annee avec Mia, la recolte des prunes japonaises immangeables se fait fin Juin, c’est avec ces prunes qu’on fait le vin de prune (umeshu) mais on en a deja des litres du coup on en a pas fait cette annee, et les prunes salees (umeboshi).

La prune salee est un truc assez special, ca donne vraiment l’impression de se sentir bien, comme si tout le ventre etait content apres l’avoir mange, par contre c’est vraiment tres acide, ca fait faire des grimaces. On prepare un peu les prunes (il faut enlever le reste de tige notamment, bien les laver… ) et puis on les met dans un sac avec du sel, 17% de la masse de prune cette annee, chaque foyer a sa preparation, plus ou moins salee, on peut aussi ajouter des trucs pour parfumer (je suis pas fan).

Sinon ce soir comme il fait chaud et qu’on a pas trop envie de manger des trucs lourds ou gras avec ce temps, on s’est fait un truc super traditionnel de l’ete.

Ce sont des nouilles froides qu’on mange apres les avoir trempees dans une soupe (froide aussi) a base de myoga (un truc japonais bizarre), un genre de ciboulette, du gingembre, du sesame… Il faut manger les nouilles super froide et notamment arreter tres brutalement la cuisson pour les garder bien fermes (sinon c’est pas bon). On les met dans de la glace pour etre bien sur, c’est super bon et apres avoir mange ca on se sent plutot leger.

Le nom differe suivant la section des nouilles, je prefere les epaisses qui sont plus fermes et qu’on appelle Hiyamugi, les plus fines s’appellent Somen, c’est pas tres important. Les nouilles sont separees dans le paquet par portion d’une personne, c’est pratique.

Voila deux recettes que vous ne risquez pas de faire en France vu que vous ne trouverez aucun des ingredients.

[nggallery id=34]

Published
Categorized as Recette

Son (Nuka – 糠)

Je voulais ecrire quelque chose depuis un moment sur une nouvelle base de notre alimentation (nouvelle surtout pour moi), en japonais on dit nukazuke, il s’agit d’un melange de son de riz (je ne savais pas (ou en tout cas plus) ce qu’etait le son) et de sel dans lequel on fait mariner des legumes (carotte, navet, aubergine, concombre, chou, celeri, bebe melon… ) en quelques heures/jours ils passent d’un etat cru a un etat different comme si ils etaient passes a la saumure.

Quand on a pas trop faim ou quand on sent qu’on a un peu abuse, on se fait un repas bol de riz et nukazuke et apres on se sent vraiment bien. En general dans ces cas la je prends aussi quelques prunes salees.

L’odeur du son de riz est un peu etrange, voire mauvaise mais on s’y fait tres bien.

La reaction se fait dans un pot en terre cuite d’une capacite d’une quinzaine de litre, peut être vingt, à moitié rempli du mélange, régulièrement il faut rajouter du sel ou du son, il faut aussi traditionnellement y mettre des morceaux de fer, des piments, des haricots secs, je ne sais pas exactement pourquoi, et surtout il est imperatif de le brasser du fond vers le sommet du melange tous les soirs en general au moment d’ajouter les legumes pour les jours a venir et prendre ce qu’on veut manger sur le moment. Le temps necessaire depend d’un legume a l’autre, ainsi le concombre est transformé en une dizaine d’heures en ete alors que le choux peut rester tranquillement une semaine et rester tout a fait presentable.

Voici en gros a quoi ca ressemble :

Sinon sur internet vous pourrez vous faire une idee plus precise du processus d’elaboration : http://www.google.com/search?q=%E7%B3%A0&oe=utf-8&um=1&ie=UTF-8&tbm=isch&source=og&sa=N&hl=en&tab=wi&biw=1680&bih=849

Imogayu

Quand on est malade, et en ce moment on est souvent malade, on mange des trucs légers pour l’estomac histoire de se sentir mieux ou en tout cas pas plus mal. Il y a différentes possibilités mais quand on est vraiment en vrac le top c’est de manger une espèce de soupe de riz avec des patates douces et des prunes bizarres japonaises Umeboshi.

Je vais pas rentrer dans les détails de la recette a moins que cela n’intéresse quelqu’un mais en gros on fait cuire du riz japonais rond (Camargue ca doit le faire) dans beaucoup d’eau (sinon on faire cuire du riz cuit dans de l’eau), on fait cuire la patate douce a la vapeur et pour la prune il n’y a rien a faire de spéciale. Je ne sais pas si on trouve des umeboshi en France, c’est une sorte de prune immangeable d’ici qu’on fait sécher et qui devient mangeable en séchant, c’est super acide mais ca a en fait un bon goût quand on est habitue et ca fait du bien au ventre.

Quelques photos :

[nggallery id=27]

Published
Categorized as Recette

Hot honey ginger lemon

Comme je n’ai plus rien a mettre dans mon blog et que plus personne ne me laisse de commentaires (ce que je peux comprendre d’ailleurs) autant vous faire partager mes supers recettes de cuisine. J’ai un peu regardé sur d’autres sites (quand je cherche des recettes notamment) et il y a toujours plein de commentaires pas intéressants sur les recettes de cuisine, il y a même des trolls qui viennent se battre sur des thread improbables relatifs a la cuisson du far breton par exemple.

Ces derniers temps je tente de reproduire des recettes de trucs qu’on peut acheter et qui sont bons.
Dans la rue que je prends pour aller de la gare a chez moi par exemple il y a une boutique qui vend du miel portant le nom évocateur de “L’abeille”, ils vendent pas mal de truc a base de miel et notamment une sorte de sirop au gingembre vraiment bon avec de l’eau chaude pour soigner une gorge attaquée par l’air froid et sec de l’hiver. Ce sirop coûte une fortune et j’ai donc essayé de faire un truc s’approchant autant que possible.
Voici donc la recette de ce délicieux sirop miel/citron/gingembre :

Ingrédients :

  • Citrons (pas traite histoire de pouvoir utiliser la peau)
  • Sucre
  • Miel
  • Gingembre frais
  • Eau

Pour les quantités de citrons, miel et gingembre ca dépend des goûts mais bon dans mon cas je cherche a remplir une bouteille de 360 ml (celle qui contenait initialement le liquide original) et j’utilise deux citrons et en gros deux unités de gingembre (deux grosses sections de racine cassable), si vous connaissez pas le gingembre, c’est une racine avec des morceaux renflés relié entre eux par des endroits plus fin et facile a casser. Essayer et puis vous verrez bien si il y en a trop.

Les volume de sucre, miel et eau dépendent de la quantité de jus de citron obtenu.

Commencer par prélever le zeste d’un ou deux citrons (ca consiste a éplucher la surface de la peau du citron sans aller trop profond dans la peau). Ensuite presser tous les citrons que vous voulez utiliser pour votre recette. Vous obtenez un certains volume de jus de citron. Ce volume servira de base pour compter les autres volumes, si vous avez deux verres de la même taille c’est pas mal, mettez le jus dans un de ces verres et utiliser l’autre pour compter. Pour le moment on a pas besoin du jus de citron laisser le donc dans son verre tranquillement en attendant.

Il faut commencer par faire un sirop avec du sucre et de l’eau. En considérant que vous avez un volume de jus de citron (la quantité obtenue a l’étape précédente) mettez deux volumes de sucre dans une casserole et ajouter un volume d’eau, faire chauffer jusqu’à ce que le sucre soit complétement fondu (ca va vite). Vous pouvez remplacer une partie du sucre par du miel ou sinon ajouter un peu de miel au sirop histoire de dire qu’il y a du miel dedans, ca donne un goût sympa. Vous pouvez aussi ne mettre que du miel je pense.
Mettez le zeste de citron dans le sirop, puis le jus de citron, idéalement attendez un peu histoire de pas flinguer direct toutes les vitamines duc citron.

Épluchez et râpez votre gingembre, il faut avoir un genre de râpe qui va bien. Ici on en trouve de partout je sais pas trop en France je n’y ai jamais râpé de gingembre. Si vous partez de gingembre sec en poudre il est déjà en poudre donc ca va mais j’ai peur que le résultat ne soit pas top.

Ajouter le gingembre râpé au mélange précèdent, il faut que le mélange soit tiède sinon la belle couleur rouge du gingembre acide serait partiellement détruite.

A ce moment la vous avez une espèce de soupe rouge contenant plein de gingembre râpé et des zestes de citron. Laissez reposer un moment entre 10 minutes et une journée, j’imagine que le goût du zeste de citron mais du temps pour envahir le liquide.

Passez ce liquide a la passoire et pressez bien le reste de fibre de gingembre histoire de pas y laisser plein de trucs bons.

Et voila vous avez un super sirop de gingembre. Mélanger avec de l’eau chaude (1/5 de sirop le reste d’eau chaude).

L’idée c’est que vous devez me dire que vous allez faire la recette en me laissant un commentaire, ou bien que vous laissez vos impressions après coup, genre c’est mieux avec du gingembre biologique équitable ou du sucre de canne organique. Vous pouvez aussi dire que c’est pas la vrai recette et que depuis des générations on fait autrement dans votre région.
Courage,

Published
Categorized as Recette